Mali: Human Rights Watch annonce le décès des deux prisonniers touaregs      

            Par RFI

Human Rights Watch annonce le décès de deux prisonniers touaregs dans la capitale malienne le week-end dernier. On dispose, ce jeudi soir 11 avril, de davantage de détails sur cette affaire. Leur décès serait dû aux mauvaises conditions de détention à la maison centrale de Bamako, et non pas, comme cela a été dit sur notre antenne, au camp 1 de la gendarmerie. Ces deux éleveurs, arrêtés mi-février,  avaient été sévèrement torturés au camp militaire de Léré avant d'être transférés à Bamako. Leur témoignage avait été recueilli avant leur mort par Human Rights Watch qui les avait rencontrés.

  

      Jean-Marie Fardeau   

Directeur France de HRW

Ces hommes ont été arrêtés à Léré, près de Tombouctou, le 15 février. Ils ont été transférés au camp 1 de la gendarmerie de Bamako début mars où ils ont reçu des soins suite aux tortures horribles (…). Ils ont été transférés fin mars à la prison centrale de Bamako où malheureusement ils ont été enfermés dans des conditions terribles de chaleur, de manque de ventilation. Et apparemment, les deux sont morts suite à ces conditions très dures d’emprisonnement, mais également certainement à l’état de faiblesse dans lequel ils étaient après avoir été torturés et ramenés sur Bamako.